Demi ironman Boulder

Comme c’est souvent le cas, cette année nous avions décidé de se trouver un demi-Ironman dans un endroit hors du commun afin de pouvoir voyager et visiter un peu tout en profitant de l’occasion pour faire une superbe course. Nous avons donc choisi Boulder au Colorado, c’est un des endroits où il y a le plus de professionnels de triathlon alors on se doutait bien que la place devait être superbe pour pratiquer notre passe-temps favori.

Le demi-Ironman de Boulder a lieu un samedi, ce qui est assez exceptionnel pour un triathlon de la série Ironman. Nous avons décidé de prendre l’avion le mercredi afin de ne pas être trop magané la journée de la course et d’essayer de s’habituer le mieux possible à l’altitude, la ville de Boulder étant située à près de 6000 pieds au-dessus du niveau de la mer.

Nous étions 9, et nous avions loué une super de grande maison pas trop loin du départ de la course. Le plan était de rester suite à la course pour environ une semaine et de visiter, faire du hiking dans les superbes montagnes du Colorado et profiter de la vie au maximum!

Samedi matin, on se réveille tôt et on se dirige vers le lieu de la course. Nos départs sont en général assez tard alors on relax du mieux que l’on peut en attendant l’heure de sauter à l’eau. Nous sommes sept de Québec et les environs à être monté pour faire la course. Ce qui est plaisant car on peut discuter ensemble tranquillement.

Mon départ a lieu à 7h50, je saute à l’eau avec une belle petite gang. L’eau du lac est loin d’être la plus belle dans laquelle j’ai nagé, mais ce n’est pas la pire non plus pour être franc. Natation sans trop de problème, je sors de l’eau en 34:37, mon meilleur temps de natation sur la distance. Encore loin des torpilles mais bon lentement mais surement.

Par la suite c’est le vélo, la veille de la course nous avons pris le temps de faire le parcours en auto afin de se préparer. Le début est en montant quelque peu, par la suite une bonne descente puis le reste est dans l’ensemble assez plat avec quelques petites bosses ici et là.

Le tout se déroule assez bien, quoi que j’ai le feeling de manquer de jambes pour les 15-20 derniers kilomètres. Je ne crois pas avoir trop poussé, et je pense que mon entrainement était bon mais malgré tout cela les jambes ne sont pas au rendez-vous afin de terminer le tout en beauté. Je fini tout de même mon 90 kilomètres de vélo avec un temps de 2:38:38

Par la suite il ne reste que le demi-marathon. Normalement c’est une de mes forces, j’ai toujours de bonnes jambes après le vélo. Malheureusement depuis plusieurs mois j’ai eu un problème avec mon pied gauche, une fasciite plantaire, mais j’ai réussis tant bien que mal à monter quelques peu mes distances de course au cours des dernières semaines et ça m’a donné quelque peu confiance pour aujourd’hui.

Je sors de la zone de transition et je décolle avec un pace d’environ 4:30/km, ce qui ne devrait pas être trop problématique, enfin je pense à ce moment-là. Mais quelques centaines de mètres plus loin tout semble me rattraper. On dirait que tout ce qui pouvait m’arriver m’arrive en même temps à ce moment-là. J’ai l’impression que je manque de souffle après 3-4 minutes de course, je n’ai pas de jambes et en plus je n’ai pas la tête à courir. En gros une journée à oublier comme je n’ai jamais eu.

À plusieurs moments durant ce trop long demi-marathon j’ai pensé à abandonner. Mais je me suis dit que je n’étais pas venu jusqu’au Colorado pour abandonner. Et de toute manière tout le monde qui me connais savent très bien que je ne suis pas tellement du genre à baisser les bras si facilement. J’ai donc pris la décision de courir le plus que je pouvais et de marcher quand le reste ne voulait plus suivre.

Le résultat a été catastrophique, mon plus lent demi-marathon à vie avec un temps de 2:26:00. Je ressors de cette compétition avec encore un peu plus de bagage, une expérience de plus.

En gros pas les résultats escomptés, mais je suis tout de même content de ma bonne natation, il faut bien trouver un peu de positif. Maintenant c’est le temps de travailler fort pour arriver à Tremblant prêt au mois d’août! Et aussi de boire un peu de vin dans la belle ville de Boulder 😉

One thought on “Demi ironman Boulder

  1. Pingback: 2015 est derrière nous | Robert Lejeune

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *