Belle journée pour un marathon!

Le weekend dernier, mon entraîneur m’avait mit sur le plan une sortie facile de 40-42 km. N’importe qui qui me connait bien aurait pu prédire à ce moment très précis que j’allais continuer pour faire 42.2 km donc un marathon. Il n’était pas question que j’arrête 1 ou 2 kilomètres à court!

Le problème avec une sortie de cette longueur la, c’est que ça peut devenir un peu ennuyant, j’ai donc essayer de me trouver un nouveau parcours, question de garder mes sens en éveil et d’avoir du plaisir tout le long.

Après en avoir jasé avec Alexandre durant une de nos courses de la semaine il m’avait parlé d’aller faire la boucle des écarts, une boucle que tout cycliste connait bien mais qui ne doit pas être si populaire auprès des coureurs étant donné qu’elle est un peu loin de la ville.

Capture - Copy

J’avais deux avantages, premièrement je connaissait le boucle pour l’avoir fait à mainte reprise en vélo. Et en plus c’était plutôt dans le bois, ce qui me changeais de courir en ville. J’ai donc décidé de créer la première, et possiblement dernière édition du marathon de Val-Cartier 😉

Samedi matin je quitte la maison avec ma veste de course, deux gourdes de 250 ml, deux Brix ainsi que deux Fruit2. Je n’ai pas tellement de liquide, mais il y a un dépanneur autour de 11-12 km, et un autre autour de 32 km donc je sais que si jamais je manque d’eau ça ne sera pas pour trop longtemps!

PS20160416_075850

Selon le parcours chois, je sais que les premiers 8-10 kilomètres seront principalement en montés style faux-plat, puis assez plat pour 10. Un ou deux bosses autour du 21-23 ième km puis assez plat pour 8 km et un faux-plat descendant pour terminer.

Joël m’avait dit de ne pas forcer, de garder une allure facile tout le long. J’avais donc décidé de partir sans même regarder ma montre advienne que pourra! De plus, j’ai une périostite du coté gauche qui m’agace depuis deux semaines, et je sais très bien que de courir une si longue distance n’est pas la meilleure idée. Mais je me suis dit que j’allais courir autant que possible dans l’accotement en sable, versus l’asphalte.

Après environ un kilomètre de courus je rencontre deux gars qui courent de l’autre coté de la rue. Un des deux me salut, sur le coup je ne le reconnait pas, mais il s’agissait de Dave! Et puis rendu autour du 7 ou 8 ième kilomètre j’ai rencontré Leilani qui s’entraîne elle aussi pour le marathon d’Ottawa.

Rendu autour du 11 ième kilomètre j’arrive face à l’église proche du village des sports, et ça me rappelle plein de souvenirs du weekend du Relais Extrême d’il y a deux ans! Je prend donc une photo et l’envoi à Dominic #jambeendolorie #paramédic :p On avais dormis dans ce stationnement durant un des relais de nuit en attendant Jeff de mémoire. Quel beau weekend ça avait été 🙂

20160416_090556

Et puis je repars, direction le pont ou je vais m’allouer une petite pause pour faire ce que j’ai à faire et manger un peu. Rendu à la croisée des chemins j’hésite entre passé voir mon ami le lama ou continuer. Je décide finalement de continuer. J’ai hâte d’arriver le long de la rivière et de la voir gorgée d’eau. Ce que ça va être beau!

Quand finalement j’arrive le long de la rivière, elle est encore gelée. Déception. Mais bon, qu’elle soit gelée ou pas je dois courir, donc je cours! J’arrive finalement au pont, je m’arrête pour prendre quelques photos, un Fruit2 et un peu de Brix. Et c’est repartis, je sais que j’ai une couple de belles bosses à monter et puis par la suite ça va être une marche dans le parc, une longue marche par contre …

PS20160416_095428 PS20160416_094955

Pendant que je vagabonde sur le bord de la route, à compter les kilomètres qui défilent, je suis un peu perdu dans mes pensées. Et puis tout à coup, à environ 200 mètres devant moi, j’aperçois un superbe de beau renard. Je n’avais pas prévu arrêter après le pont mais je me dois de le prendre en photo.Il se sauve dans le bois sans me laisser de chance. Mais en m’avançant un peu je l’aperçois dans le bois. J’en profite donc pour le prendre en photo.

PS20160416_100610(0)

Par la suite c’est le retour à la maison, ou plutôt à l’auto. Les kilomètres défilent rapidement et j’ai réellement l’impression que c’est moins long revenir que d’y aller 😉 Rendu à environ 35 km je me dis que ça serait plaisant de terminer avec un split négatif, de finir ce marathon improvisé en force pour me donner confiance pour Ottawa.

J’accélère donc pour les 6-7 derniers kilomètres, et je termine ça avec un kilomètre rapide. Ma ligne d’arrivée se trouve sur le pont qui enjambe la rivière St-Charles. J’ai presque le goût de lever les bras au ciel quand je la traverse, cette superbe ligne virtuelle. Le tout en 3 heures 28 minutes, quand même pas si mal pour un marathon facile!

Rendu la, j’appuie sur sauvegarder sur ma montre et elle bogue … pour finalement ne sauvegarder que 42 kilomètres et perdre les derniers 200 mètres. Mais bon, la je n’ai plus le goût de courir, repartir pour 200 mètres non merci. Alors vous allez devoir me croire 🙂

PS20160416_114400

Un gros merci à Brix et Fruit2 de m’avoir redonner toute l’énergie nécessaire pour m’amuser pendant ces 42.2 kilomètres! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *