Jamais deux sans trois, Ironman Mont Tremblant

Dimanche dernier avait lieu le Ironman de Mont-Tremblant, et j’avais décidé d’y retourner pour une troisième fois en quatre ans. Mon amie Francine désirait faire un Ironman pour ses 50 ans et elle m’avait demandé si j’avais le goût de me joindre à elle dans cette aventure. Je ne pouvais quand même pas lui dire non. 😉

C’est alors que le long processus de se préparer pour un tel événement s’est enclenché; la natation à des heures de fou le matin, les spinnings, les courses à pied, et on recommence pendant presque un an pour se préparer et arriver sur la ligne de départ en bonne condition physique et ainsi se rendre jusqu’à la ligne d’arrivée. Dans mon cas, je m’étais fixé des objectifs assez costauds cette année; je voulais battre mon meilleur temps sur la distance Ironman et terminer entre 10h30m et 11hres. Je me devais donc de mettre les bouchées doubles.
Continue reading

Demi ironman Boulder

Comme c’est souvent le cas, cette année nous avions décidé de se trouver un demi-Ironman dans un endroit hors du commun afin de pouvoir voyager et visiter un peu tout en profitant de l’occasion pour faire une superbe course. Nous avons donc choisi Boulder au Colorado, c’est un des endroits où il y a le plus de professionnels de triathlon alors on se doutait bien que la place devait être superbe pour pratiquer notre passe-temps favori.

Le demi-Ironman de Boulder a lieu un samedi, ce qui est assez exceptionnel pour un triathlon de la série Ironman. Nous avons décidé de prendre l’avion le mercredi afin de ne pas être trop magané la journée de la course et d’essayer de s’habituer le mieux possible à l’altitude, la ville de Boulder étant située à près de 6000 pieds au-dessus du niveau de la mer.
Continue reading

J’ai décidé de prendre le pari …

Que trois semaines de repos seraient suffisantes suite à l’Ironman. Reste à voir si j’avais raison. Pour le moment je me sens en très bonne forme, beaucoup mieux que l’année dernière deux semaines après l’Ironman. J’imagine qu’une année de volume de plus me donne une chance.

Je me suis inscrit pour Muskoka, un 70.3 qui aura lieu le 8 septembre prochain. Ce n’est pas trop loin de la maison, quoi que 10 heures de route ce n’est pas si proche non plus …

J’avais le gout de faire un autre demi Ironman, je ne voulais pas avoir une année avec seulement deux triathlons, j’ai l’impression que ça ne suffit pas. Autant d’entrainement et ne pas en profiter, me semble que c’est de la perte.
Continue reading

Rapport de course – Ironman Mont Tremblant

Nous arrivons sur le site le vendredi midi comme l’an passé, de manière à avoir le temps d’aller chercher nos sacs, numéro de dossard, etc. avant la fermeture. Notre plan initial à Miriam et moi était d’aller faire une ride de vélo après cela, mais notre estomac avait une toute autre idée. Nous avons alors décidé de s’asseoir sur une terrasse pour boire de l’eau et manger un peu.

Par la suite, nous sommes allés faire notre «check-in» à l’hôtel et nous avons profité du reste de l’après-midi pour visiter l’expo et dépenser un peu. Ensuite, c’était déjà l’heure du souper de pâtes traditionnel. Nous nous dirigeons vers l’énorme tente dans laquelle nous serons environ 3000 personnes à ingurgiter des pâtes!

Le souper était correct. J’imagine que l’on ne peut pas trop en demander à un cuisinier qui doit préparer un souper pour 3000 personnes, transporter le tout dans une tente et le servir par la suite. Un souper tout de même assez plaisant, en compagnie de Miriam et Stéphanie.
Par la suite, direction chambre d’hôtel pour le dodo. Le vendredi soir c’est la journée où l’on doit bien dormir car pour beaucoup de personnes la veille de la course, dormir c’est extrêmement difficile.
Continue reading

Quand on veut, on peut ;)

Quand j’ai eu 40 ans,  j’ai décidé de me remettre en forme. Cela m’a amené à essayer le triathlon. Cinq ans plus tard,  j’ai complété mon 8ième demi-Ironman.

Je me souviens encore de mon premier, à Magog en 2010; j’ai vraiment pensé mourir dans le lac, sur le vélo et à la course à pied! J’ai finalement terminé le tout avec un temps de 6h11.

Hier,  j’étais à Mont-Tremblant pour mon 8ième que j’ai complété avec un temps de 4:57:01. Alors je me dis: Quand on veut, on peut. Il suffit de s’y mettre et de mettre tous les efforts. Dans le monde d’aujourd’hui où tout nous est donné sans aucuns efforts c’est parfois difficile à comprendre pour la plupart des gens qui nous trouvent un peu fous de toujours vouloir se dépasser comme cela. Moi je pense que c’est ce qui nous permet de profiter de la vie au maximum.

Mais bon, revenons au sujet principal de mon billet d’aujourd’hui: Ma course d’hier.
Nous étions une superbe délégation du club, au moins une douzaine. Une bonne partie de cette belle gang là en était à leur premier demi-Ironman. Félicitations à vous tous!
Continue reading

Mont-Tremblant 70.3 en fin de semaine!

On décolle pour Mont Tremblant dans les prochaines minutes.

Si vous avez le goût de suivre la course dimanche matin, le site à bref=”http:/www.ironmancom”>ironman com/est> allé offrir les résultats en direct comme à l’habitude!

Mon numéro de dossard est le 658.

L’entrainement est fait, je me sens prêt! Il ne reste plus qu’à souffrir pour un petit peu moins que cinq heures 😉

See you on the other side!

Merci à Sport Olympe et Trek de me supporter.

2013-06-21 16.02.35

Ironman Mont-Tremblant

“Robert Lejeune, you are an Ironman”

Je crois que tous les gens qui font du triathlon ont rêvé un jour ou l’autre d’entendre le fameux Mike Reilly prononcer leur nom avec sa grosse voix grave. Dimanche le 19 août 2012 j’ai eu le plaisir de l’entendre à mon tour. Je ne peux pas vous dire combien de gens ont terminé un Ironman dans leur vie. Mais je peux vous garantir que pour chacun d’entre eux ca a surement été une expérience hors du commun.

Un Ironman c’est une longue journée, mais avant tout c’est une longue année d’entrainement. Des semaines interminables où l’on empile les heures les unes après les autres. Pour certain c’est 20, ou 25 et des fois mêmes 30 heures semaines. Sans calculer que l’on doit tous travailler 35 à 40 heures semaine pour payer ces folles dépenses.
Continue reading

Heading to the Long Course World Championship Triathlon in 2011!

Yep you read right, I qualified to represent the Canada at the 2011 Long Course World Championship.

It is still far away, but I am happy because it gives me a race to train for even if the season is over. 13 months or so from now, I can’t say I won’t have the time to train for it 😉

You know anyone who did Silverman? If so is it that hard? Since the World’s will be on the same course, I figured I could ask.

Race report – Triathlon Drummondville

Since the start was at 11:25 and the triathlon was at maybe 1h30 or so drive from my place, I woke up as usual, had breakfast then packed the car and drove there.

Once there I got to packet pickup and Steve was there, guess that the decided to arrive around the same time. I got into the tent, grabbed my stuff and then went to the t-shirt table. Once again they didn’t have all the size left when I arrived, and their t-shirt where huge. I grabbed a medium and it looks like I have a large. I guess they tough that triathlon was a sport where everyone is oversize.

After that I headed into the transition zone and prepare my spot, we had a rack just for us the old people 😉 Once my spot was ready I headed out for a little run to warm up. I wanted to bike too but I got squeezed in time and figured it would be better not to be late at the start.

My friend Steve was starting 10 minutes after me and I knew he had a good chance to pass me before I finish my swim, so I tried to push as hard as I could to not make it happened.

At first I was with some people and I tried to stay with them. It worked for most of the first loop, but when we were coming back in the current I lost them and after the buoy there was no way to get back to them. So I finished my swim all by myself.

By the end of the second loop I started seeing people from the wave behind me and I was scared that Steve would pass me, I got passed by maybe 10 people from what I count see. And I knew that he was a good enough swimmer to get out of the water in the top 10.

I just tried to swim as fast as I could to get out of the water. Once I approached the exit I heard a volunteer yelling that it was slippery, and slippery it was dammit. I almost fell while getting out of the water.

I really need to improve my swim, this is usually what kills my race. I can make up some time on the bike and run but the swim always put me so much in the back of the pack that it is hard to have a good time overall.

Once I reached my bike I put my helmet on and started feeling dizzy a little bit. I took a couple of seconds to let it pass, then I headed out of the transition zone. A transition without a wetsuit is always so fast, but there is no way I gain much than when I swim with a wetsuit.

I jumped on the bike with one thing on my mind, get back some time on the faster swimmer. At first I got pass by a coupe of guy from the wave after me and I tried to stay with them. It worked for a while but they were fast and at some point I lost them. I was not drafting of them, but trying to stay in range.

I tried to cheer on everyone from the club as I was seeing them on the course, and besides that I just push hard and tried to keep a good average.

When I got off the bike I was disappointed with my bike split, I had no idea what was my avg or exact time since I didn’t want to check but I felt like I had not much power during that leg.

I need to rethink my training, I feel like I do not have power on the bike this year and I can’t say why.

Transition 2 went as smoothly as the first one, I loved my Zoot Ultra Race, as easy as it gets to put them on.

I tried to get into that 10km with a sub 45 min time in mind. I wish I could have push to get it but sadly I didn’t have enough juice left in the tank to get it.

This course is mostly flat so it is an easy one to get a good run, which I did but not as fast as I expected. The only problem with it is that it is a 4 loop course, and every time you have to turn 180 degrees you lose some speed.

Not much to say about the run itself, it went as smoothly as it could with what I had left in the tank. I cheered on my friend from the club as much as I could, thanks the volunteer on my last lap and finished the race with a nice last split … guess I still had some juice finally because I pushed the pace for that last split 😉

Here are my results from last year sprint on the same course.
Swim – 20:15
T1 – 1:31
Bike – 33:02
T2 – 1:34
Run – 23:21

And here are my results from this year Oly, same course but twice as long. 2 loop of the swim course, 4 of the bike course and 4 of the run course.
Swim – 36:39
T1 – 1:38
Bike – 1:06:15
T2 – 1:36
Run – 45:38

I finished with a time of 2:31:52
Overall – 65/104
Age group (40-44) – 13/18

My time was 5 min or so slower than my best Oly, but this one was not wetsuit legal which cost me probably that 5 minutes. Overall a good race for me, but I really need to find a way to get faster in the water.