Pour écouter la version audio

Parti courir, no 75. 2 septembre 2021

Je suis parti courir. Un chiffre en tête. 75, 75, 75… Je savais que la prochaine chronique serait la soixante-quinzième (écrit en lettres, ça fait plus sérieux). 75 c’est un chiffre important, je devrais trouver quelque chose de marquant. 

Rien à faire. Le seul souvenir que 75 m’inspirait c’était un numéro sur un chandail de hockey. Le 75 de Hal Gill. 

Ben oui, Hal Gill. 

J’ai eu beau essayer de trouver mieux, rien à faire. Alors, Hal Gill ce sera.

À moins d’aimer passablement le hockey, vous ignorez que Hal (comme dans… Halbert?) Gill a joué pendant 16 ans dans la ligue nationale, dont trois avec les Canadiens. Un défenseur dont la principale qualité était d’être grand. Très, très grand. 6 pieds 7 pouces. Et de chausser des patins de taille 24 (j’exagère à peine) où un nombre impressionnant de passes trouvaient le moyen de s’échouer. 

Vous savez quand on dit d’un défenseur qu’il est fluide, intelligent avec la rondelle, possédant un grand sens de l’anticipation, avec un tir foudroyant et un don pour faire une passe précise? Personne, non, jamais personne n’a dit ça à propos de Hal. 

Et il portait le 75. Pas le 2, le 3 ou le 4 des légendes, pas le 77 des défenseurs mobiles modernes, le 75. Un numéro de dernier de classe pis de « no-name ». 

Mais, mais, il avait une très grande qualité, il faisait la job. Tout en bras, en jambes et en bâton. Imaginez que vous êtes un attaquant qui essaie de contourner cette éolienne sur lames. 9 fois sur 10 vous perdez patience et vous envoyez la rondelle au fond de la zone. 

Hal Gill est une ode au travail qui est bien fait mais pas élégant. Ce n’est pas un col bleu, c’est le remplaçant de l’adjoint du sous-contractant d’un col bleu. On ne lui demande pas de faire les jobs de talent, Le but de malade en supplémentaire, on laisse ça à Marie-Philip Poulin. Hal, on lui demande de laisser traîner la longue jambe sur la glace pour couvrir le plus d’espace possible. 

Pour vous dire, le fait saillant du passage de Hal Gill à Montréal, en plus d’avoir fait lever les yeux au ciel à quelques milliers d’adversaires, c’est une photo, prise en dehors de la patinoire. 

Je dois d’abord vous dire que je ne l’ai jamais rencontré en personne mais que pour tout ce que j’ai lu sur lui, c’est un vrai bon gars. Quelqu’un qui ne se prend pas au sérieux mais qui prend au sérieux ce que les athlètes représentent pour les fans. Le genre qui se porte toujours volontaire pour les bonnes actions.

Alors le voilà un jour à l’hôpital Sainte-Justine avec ses coéquipiers. Une tout petite patiente avait décidé pour l’occasion de se mettre sur son 36 avec sa robe de princesse. Super cute, évidemment. 

On fait quoi, quand on est un très grand adulte qui rencontre une princesse? Quand on est un Hal Gill, on sait faire le petit extra qui rendra l’instant mémorable. Il s’est agenouillé et tel un chevalier présentant ses hommages respectueux, a fait le baisemain à sa princesse. Dieu merci, un photographe de La Presse a pu capter la scène.

Son numéro 75 s’est gravé dans ma mémoire, là.

Alors, en hommage à tous les Hal Gill du monde, à tous les « pas trop de talent, ben du cœur », à tous les remplaçants des adjoints des sous-contractants des cols bleus, j’offre la chronique numéro 75 qui comme Hal, fait son gros possible.

Catégories : Septembre 2021

3 commentaires

Benoit Bouchard · 2 septembre 2021 à 19h46

Je préfère ton histoire à celle que cinq chefs politiques raconteront ce soir. J e ne regarderai pas le débat de toute façon. C’est terrible venant d’un ancien ministre fédéral mais je n’ai même pas de remords. J’ai la liberté comme octogénaire de n’avoir rien à perdre. Qu’on le veuille ou non à mon âge c’est le temps des bilans et non des promesses.

Benoit Bouchard · 2 septembre 2021 à 19h46

Je préfère ton histoire à celle que cinq chefs politiques raconteront ce soir. J e ne regarderai pas le débat de toute façon. C’est terrible venant d’un ancien ministre fédéral mais je n’ai même pas de remords. J’ai la liberté comme octogénaire de n’avoir rien à perdre. Qu’on le veuille ou non à mon âge c’est le temps des bilans et non des promesses.

Bernard Lemay · 4 septembre 2021 à 21h10

Bravo Guy. En plein dans le mille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *