Marathon de Boston – 2015

Un gilet jaune et bleu avec une licorne, pour 99% des gens cela ne signifie absolument rien, mais pour les 1% de la population qui ont déjà complété un marathon cela signifie Boston. Le plus vieux marathon, le plus difficile à se qualifier, et en plus il a lieu en avril ce qui signifie que l’on doit s’entrainer toute l’hiver à des températures pas toujours plaisantes!

Mais tous les coureurs veulent y aller, au moins une fois dans leur vie. Pour certaine personne c’est pour le rayer de leur « bucket list » pour d’autre c’est pour vivre l’expérience du plus vieux marathon, chaque coureur a ses raisons. Pour moi c’était pour plusieurs raisons, je voulais la courir au moins une fois, je voulais vivre le trip avec mon chum Alex, je voulais faire un autre des marathons majeurs (New-York et Boston de fait, il ne m’en manque que quatre)
J’avais dit avant d’y aller que je ne le referais pas, le training dans les bancs de neige et dans le froid de l’hiver Québécois est loin d’être optimale. Aujourd’hui, je ne suis plus si certain de cette affirmation! Mais cela étant dit, revenons en arrière de quelques jours.
Continue reading

Marathon d’Ottawa

En fin de semaine avait lieu le marathon d’Ottawa, une des courses les plus courus au Canada. J’avais décidé plus tôt cette année de ne pas le courir étant donné que mon objectif principal cette année est l’Ironman de Mont-Tremblant à nouveau.

Par contre au début avril j’ai discuté un peu avec mon entraîneur et elle était d’accord à ce que j’aille m’amuser à Ottawa. J’ai donc commencé à monter mon volume afin d’arriver à la ligne de départ du marathon avec une forme respectable. J’avais deux objectifs en tête, le premier était de battre le temps d’Alex il y a deux ans à Ottawa qui était de 3h29 et le deuxième était de me qualifier pour Boston en 2014. Pour cela j’avais besoin d’un temps sous les 3h25.

Étant donné que je me suis décidé à la dernière minute les hôtels étaient pleins et le marathon aussi. J’ai donc acheté le dossard d’une amie qui ne pouvait le courir à cause d’une blessure. Par contre je devais toujours me trouver une place ou dormir. Stéphane, le frère de Patrick, ainsi que toute sa famille ont été assez gentil pour m’héberger pour le weekend.
Continue reading